LES CHASSEURS A PIED et la 52ème Division d'Infanterie

contactez-moi en cas d'erreurs, de liens morts etc...

mon grand-père y était, mais ou exactement ?

Posté par Pascale


les chasseurs à pied




Créés en 1837, ils constituent la plus ancienne subdivision de l'infanterie après les régiments de ligne.

En décembre 1888, une loi modifiant l'organisation des bataillons de chasseurs à pied forme 12 bataillons « plus spécialement chargés d'opérer dans les régions montagneuses ». On les appellera simplement bataillons de chasseurs alpins (B.C.A) par opposition aux bataillons de chasseurs à pied (BCP).

Les dissolutions survenues après 1918 ont moins durement touché les chasseurs que le reste de l'infanterie. Sur les 31 bataillons de l'ancienne liste d'active de 1914 ( 19 B.C.P et 12 B.C.A) il subsiste plus des deux tiers à la veille de la mobilisation de 1939.

- 11 B.C.P actifs : n° 1, 2, 4, 5 , 8, 10, 16, 17, 29, 30, 31.

- 12 B.C.A actifs : n° 6, 7, 9 , 11, 13, 15, 18, 20 22, 24, 25, 27.

En septembre 1939 sont recrées 23 bataillons de réserve série A dont les 8 premiers reprennent les numéros vacants de l'ancienne liste de 1914 et es 15 autres les numéros de l'ancienne liste de réserve (n°41 à 71, c'est à dire le n° du corps d'active augmenté de 40).

Il est en outre créé 18 bataillons de réserve série B dont les numéros sont compris entre 81 et 110 (2), ainsi qu'un bataillon spécial de haute montagne.

Il existe donc en tout 65 bataillons de chasseurs en 1939/1940, dont 42 de réserve :

- 17 BCP de réserve : n° 3, 19, 21, 26, 42, 44, 61, 68, 69, 71, 81, 88, 90, 96, 109, 110.

- 24 BCA de réserve : n°12, 14 , 23, 28, 47, 49, 53, 60, 62, 64, 65, 67, 86, 87, 89, 91, 93, 95, 98, 100, 102, 104, 105, 107,.

Un corps spécial ; le 199 bataillons de chasseurs de haute montagne.

(Note : le 199° BCHM fait partie de la 230° DBAF en compagnie des 179° et 189° BAF, il est officiellement inclus dans cette catégorie, mais il porte en réalité les distincions des chasseurs.)

Le 1er février 1940, les 4° et 16° BCP sont transformés en bataillons pour divisions cuirassées et prennent ainsi que les 5 et 17° BCP qui avaient été recréés en 1937 à cette intention l'appellation officielle de bataillons portés de chasseurs à pied (BPCP)

A l'exception des bataillons portés et du 199 BCHM, tous ls BCP et BCA sont regroupés par 3 en 20 demi-brigades de chasseurs numérotées de 1 à 8 et 22 à 27 (active et réserve série A), et 41, 42, 44 (série B).

RECONSTITUTION

La 87e Division d'Infanterie d'Afrique en 1939-1940 est appelée à relever la 7e Division Coloniale dans le Secteur Fortifié de la Sarre

Le 2 mai 1940, elle est relevée par la 82e D.I.A. et la 52e D.l.

le 10 mai 1940, le 96ème Bataillon de Chasseurs à Pieds, réserve B, est affecté à la 41ème demi-brigade de Chasseurs à Pieds dans la 52ème Division d'Infanterie commandée par le Général ECHARD et dont le poste central se situe à Sarre-Union et qui dépend du 20ème Corps d'Armée dirigé par le Général HUBERT et dont le Quartier Général de situe à Haskirchen.

le 25 mai 1940 :

- Le bataillon du genie de Modlin est detaché a la 4e Armée puis au 20e CA
- Les Regiments d'artillerie de Vilnius et de Pomeranie sont detachés au 20e CA
- Les CDAC et BDAC sont detachés a la 52e division d'infanterie
- le 8e de Uhlans est detaché au SF Sarre ( 20e CA ) ( detachement effectif le 6 juin )

A partir du 13 juin, le 20e Corps d'armée organise un repli et le 14 , jour de la chute de paris , alors que le 20e CA se dirige vers le canal de la Marne au Rhin , la division est maintenue le long du canal et fait front pour couvrir la retraite du corps . La division est alors installée entre la 52e DI a l'ouest et le SF Sarre a l'est

14 Juin 1940 : Les combats du Secteur Fortifié de la Sarre

LA SITUATION GENERALE

14 Juin 1940, Paris est déclarée ville ouverte. Sans combats, la ville tombe aux mains des Allemands.... elle va le rester 4 années durant.

A 400 kilomètres de là, en Lorraine, sur une ligne "Saint-Avold - Sarralbe - Saint-Jean de Rohrbach", les combats font rage, certainement les plus violents de la bataille de France. Dans ce secteur, les Français résistent magnifiquement aux puissantes attaques de la 1ère armée Allemande commandée par le Général VON WITZLEBEN.

Celui-ci va lancer contre les positions Françaises, une opération de très grande envergure : 9 Divisions, dont 6 de premier échelon, avec un appui formidable d'artillerie : 259 batteries de tous calibres, soit plus de 1.000 bouches à feu. Pour retrouver une telle concentration de canons, il faudra attendre EL ALAMEIN et MONTE CASSINO.

Les Français pour défendre ce secteur de la Ligne MAGINOT, dispose de quatres Régiments d'Infanterie de Forteresse, les 69e, 82e, 133e et 174e RIF. Ce dernier régiment constitue avec les 41eme et 51eme Régiments de Mitrailleurs d'Infanterie Coloniale le centre du dispositif: le secteur fortifié de la Sarre, commandé par le Colonel DAGNAN, un Marsouin.

Le 41eme RMIC créé en 1933 est commandé par le Colonel TRISTANI. Le 51eme RMIC créé lui en 1939 par dédoublement du 41eme RMIC est commandé par le Lieutenant-Colonel DE REVIERS DE MAUNY. Ces deux régiments étaient composés chacun de 3.000 hommes.

Bien organisée, la défense s'appuie sur les ouvrages de l'avancée d'HOLVING et bénéficie de la protection des zones inondées en avant des réseaux. Les Français disposent égéalement en réserve du dispositif de défense de bataillons de mitrailleurs, de la 52e DI et de la 1ere Division de grenadiers Polonais.

le 15 juin au matin, les Allemands passent l'Albe et attaquent Vittersbourg et Altwiller entrainant le repli des Uhlans sur Rohrbach.

Les lignes de la 52e DI n'ayant pas tenu l'assaut Allemand , la division Polonaise se retrouve debordée par l'ouest . Vers 23 heures, dans le cadre de la manoeuvre de repli du 20e corps , les 1er et 2e grenadiers replient vers le sud.

Le 18 juin, dès l'aube, l'attaque allemande recommence sur toute la largeur du front, et en debut d'après midi, le canal est franchi a Rechicourt, puis Lagarde, forçant le 3e grenadiers a un difficile repli.

Dans la nuit, la division reçoit l'ordre de se désengager et replier . Ses positions sont alors prises en charge par la 52e DI et le groupement Dagnan ( ex SF Sarre )

La division se retire donc a pied et par camions vers la meurthe de Baccarat